5 jours à Santorin

Kaliméra !

Finalement le moment que j’attendais depuis des mois est arrivé ! Oh my god, je n’en reviens pas ! J’ai travaillé tellement fort pour en arriver où j’en suis que je ne réalise pas tout à fait encore que je serais en voyage pour les 5 prochains mois… Je suis tellement rendue habituée de vivre dans le stress de la grande ville, que je pense qu’il va me falloir un temps d’adaptation pour vraiment être capable de relaxer et de décrocher de la vie quotidienne. La Grèce, la première escale de mon périple, est le pays avec le plus grand nombre de jour d’ensoleillement par année de toute l’Europe. C’est certain que ça, ça devrait m’aider à me sentir un peu plus en vacances ! ; )

Jour 1

Partant de Londres, notre avion a survolé plusieurs pays d’Europe pour finalement voler au-dessus des îles des Cyclades. Mon siège préféré dans un avion a toujours été côté hublot. J’adore admirer les différentes formes de nuages et les différents paysages qui défilent en contre-bas ! On peut dire que ce trajet-là ne m’a pas déçu ! On pouvait très bien voir les différentes îles, c’était absolument magnifique ! Même la descente vers l’aéroport de Santorin (JTR) était vraiment spectaculaire.

Une fois l’autobus pris vers le bâtiment de l’aéroport, notre passeport estampillé par les douanes et notre taxi commandé, ma mère et moi sommes arrivées à notre hôtel dans la ville de Kamari. C’est la femme de Dimitris (l’hôtel s’appelle Villa Dimitris) qui nous a accueillies avec son anglais approximatif, mais son accueil chaleureux ! Elle nous a fait patienter avec un verre de vin maison (miam !) pour son fils qui parlait davantage anglais. Il nous a montré notre chambre et donner une carte des environs. C’est certain que lorsqu’on réserve en ligne, on peut voir des photos de l’endroit, mais on est jamais totalement certain que c’est vraiment fidèle à la réalité. Cette fois par contre, c’était exactement comme je m’y attendais ! Très jolie chambre, avec deux lits simples, coin cuisine, salle de bain privée et balcon donnant sur l’arrière de l’hôtel donc très calme.

L’hôtel possède aussi une piscine et une taverna pour pouvoir goûter aux saveurs locales. C’est d’ailleurs là que nous avons mangé ce soir-là et je n’ai qu’un mot: wow ! La vraie salade grecque (donc sans feuilles de salade), la tzaziki, le pain et le mix de viande que nous avons commandé étaient tout simplement délicieux ! La maman nous a même servi une assiette surprise de melon d’eau à la fin du repas, très raffraichissant !

Jour 2

Le lendemain matin, on est allée au supermarket pour acheter de l’eau car l’eau en Grèce est généralement potable, sauf sur les îles. On en a aussi profité pour découvrir la petite ville de Kamari (c’est le cas de le dire, on peut parcourir toute la ville en environ 30 minutes de marche !). Je suis contente d’avoir réserver notre premier hôtel dans cette ville, car à part les avions qu’on entend décoller ou atterir de l’aéroport tout près, c’est assez tranquille comme endroit. J’ai bien aimé la rue principale bordée d’un côté de la mer et de la plage de sable noir et de l’autre de plusieurs restaurants avec terrasses. Ça me faisait un peu penser au Vieux-Port de Montréal ou de Québec.

Ensuite on a décidé de monter au sommet du mont Messavouno pour voir à quoi ressemble Kamari vu d’en haut, et en même temps faire un peu d’exercice ! ; ) Il est également possible de visiter les ruines de l’ancienne ville de Thera qui a été établie au 9e siècle avant Jésus-Christ, mais malheureusement le site est fermé les lundi et oui, nous étions un lundi ! Ce n’est pas grave, car la montée sur le sentier en zigzag vallait le détour à lui-seul ! La vue à chaque tournant était vraiment époustouflante !

Une fois arrivées en haut, on pouvait aussi voir de l’autre côté de la montagne la ville jumelle de Kamari, Perissa.

IMG_20160617_194901

On a pris notre lunch (encore une fois accompagné de melon d’eau car il faisait tellement, tellement chaud, ouf !), pris une tonne de photos et on a amorcé notre descente. Mais au lieu de choisir la simplicité et de reprendre le même chemin, ma mère et moi on a plutôt choisi de prendre le petit sentier piétonnier serpentant dans la montagne. C’était le chemin d’origine que les gens empruntaient il y a plusieurs centaines d’années et apparemment il serait demeuré inchangé. C’est très abupte et aussi très rocailleux.

C’était quand même intense pour une première journée de vacances, mais ça en aura vraiment vallu la peine, puisque en cours de route, on a croisé une petite chapelle, ainsi qu’une grotte avec une source d’eau douce qui approvisionnait en eau la civilisation dorienne qui habitait là avant. J’ai même fait sonner les cloches ! (ça c’est mon petit côté enfant : P )

Finalement on a pris une bonne crème glacée qu’on a mangé en marchant sur la plage de sable noir. J’ai donc pu ramasser mon premier souvenir à rajouter à ma collection. : )

Jour 3

Pour notre 3e journée, on a décidé de se louer un quatre-roues pour parcourir l’île de long en large à notre guise. J’en avais déja conduit un dans une excursion au Mexique dans la jungle, mais en conduire un toute la journée, en plein soleil, sur les mêmes routes que les camions et les grosses autobus qui nous dépassait, c’était quelque chose ! Malgré tout, j’ai vraiment adoré l’expérience. Juste d’avoir la liberté de pouvoir m’arrêter où je veux quand je veux (par exemple quand il y a un âne qui broute paisiblement sur le bord de la route !) et de sentir le vent dans mes cheveux, c’est magique !

Premier arrêt: la ville de Pyrgos. Je pensais avoir beaucoup de vocabulaire, mais on dirait qu’ici je n’ai qu’un mot en bouche: wow ! Je crois que Pyrgos est vraiment mon coup de coeur sur l’île de Santorin. Les fameuses maisons blanches avec les portes et volets bleus, les églises avec dômes bleus, les petites ruelles secrètes… On y retrouve vraiment toutes les idées préconçues de la Grèce!

Je pense que ce doit être une ville tout de même touristique, vu les restaurants avec affichage en anglais et les divers magasins de souvenirs et d’artisanat un peu partout, mais lors de notre passage, il n’y avait pratiquement personne dans les rues, c’est comme si c’était un lieu secret que seul ma mère et moi avons eu la chance de découvrir.

2e arrêt: Red Beach. Comme l’indique son nom, c’est une plage de sable rouge. En fait, ce n’est pas totalement vrai, car de mon avis le sable est plutôt noir ou brun foncé. Ce qui donne l’impression de rouge se retrouve plutôt dans la roche de la falaise. C’est une très belle plage, quoi qu’assez bondée et plutôt rocheuse que sablonneuse, donc il faut aimer le genre. Ce fut une baignade très agréable par exemple. : )

On trouve aussi quelques aspects inusités, comme la robe de mariée accrochée sur une clotûre et plusieurs portes fixées à même la paroi !

L’exploratrice en moi a pu encore plus en profiter, car il y avait un petit sentier qui permettait de monter et d’avoir une vue sur toute la plage ! Magnifique !

IMG_20160618_212506

3e arrêt: la ville archéologique d’Akrotiki. On pourrait dire que c’est un espèce de Pompéi, mais dans le Sud de Santorin au lieu du Sud de l’Italie. C’est aussi une ville qui a été ensevelie sous la lave d’un volcan, il y a de cela environ 3600 ans. Les archéologues n’ont commencé à travailler sur ce site qu’en 1967, donc il y a encore beaucoup de découvertes possibles.

Je ne suis pas la plus grande fan d’histoire, mais j’ai trouvé le site assez intéressant. La visite se faisait libremment, mais les panneaux expliquaient bien ce qui se trouvaient en face de nous. On peut constater que la société Minoenne était assez développée et prospère grâce au plan de la ville, au réseau d’aquaduc et d’égoûts, ainsi qu’aux nombreux artefacts découverts sur le site (des vases et des peintures bien conservées, entre autres).

4e arrêt: Oia. Je devrais dire en fait, la destination désirée, vu qu’on s’est trompées de chemin et on a dû faire un assez long détour avant d’y arriver. J’étais assez fatiguée après cela, mais on a réussi à s’y rendre tout de même, et cela nous a permis de voir un peu plus la campagne et les plus petits villages de Santorin.

Oia (ou Ia) a été déclarée plus belle ville au monde. Je ne sais pas la source de ce palmarès, mais avec ses rues en marbre et ses hôtels à 1000 $ et plus la nuit, je n’ai pas de difficulté à le croire ! Wow ! Ce n’est pas pour rien que c’est la destination préférée des couples en lune de miel ! (message à mon amoureux ici hihi ; )

On a mangé sur la terrasse au 2e étage d’un restaurant donnant sur la mer et sur la rue principale. Nous avons toutes les deux optées pour des plats typiquement grecs: ma mère une moussaka et moi des boulettes de viande avec du riz. C’était délicieux ! Par la suite on a parcouru rapidement les boutiques de luxe, car il se faisait tard et aussi ce n’était pas nécessairement dans notre budget. ; )

On a tout de même eu le temps d’admirer la beauté de la ville et d’être ébahies devant les gens qui réservent leur spot 2h30 avant le coucher de soleil pour avoir la meilleure vue possible ! Car en plus d’être la plus belle ville sur la planète, apparemment c’est aussi elle qui a les plus beaux couchers de soleil. Incroyable !

J’ai également eu le temps de prendre moi-même la photo qu’on retrouve sur toutes les cartes postales… ; )

IMG_20160618_093017.jpg

Après cette longue journée, on a finalement repris nos quatre-roues et on est retournées à la Villa Dimitris pour faire de gros dodos bien mérités. : )

Jour 4 

Aujourd’hui, on a réservé une excursion avec Kamari Tours afin de faire une baignade dans les hot springs et de visiter le volcan actif (celui-là même qui a formé Santorin en forme de croissant de lune et qui a mis fin à la civilisation Minoenne). Après quelques imprévus (on pensait avoir manquer notre autobus, en plus qu’à l’arrivée au port on nous a fait monter sur le mauvais bateau, ouf !), on est finalement embarquer sur le Jason’s boat qui nous a transportées vers les sources d’eau chaude.

IMG_20160618_092511.jpg

J’ai plongé à l’eau et nagé jusqu’à l’endroit où apparement l’eau était la plus chaude, mais je n’ai pas trouvé que ça en vallait vraiment la peine. C’est vrai que l’eau était d’une température plus agréable qu’au abord du bateau, mais sans plus. En plus que j’ai avalé plusieurs bouillons et que l’eau était suuuuuper salée, c’était pas le best !

Ensuite, on a vogué vers l’île où se trouve le volcan. J’ai aimé que notre excursion inclus une visite guidée, au lieu de simplement découvrir le volcan par nous-même. Notre guide (qui venait de Belgrade et qui m’a offert de me faire visiter la ville en Novembre quand j’y serais, yay : ) s’est arrêté à chaque cratère pour nous donner de l’information, c’était super instructif !

Tout le monde qui me connait sait que j’ai une mémoire de poisson rouge, alors c’est un peu triste que je n’ai pas pu retenir tout ce que mon nouvel ami nous a appris, mais j’ai retenu le plus important, et au pire, mon autre ami Google est là : P Donc l’île de Santorin s’appelle originellement Thera, nommée en l’honneur du roi du même nom qui l’a conquise. C’était en effet un endroit très prisé vu sa location et rapidement l’île devint très riche, comme le prouvait ses 12 ports à l’époque (il n’y en a seulement 2 maintenant). C’était un point tournant pour les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Asie. Pour ce qui est de l’éruption volcanique, celle-ci a projeté des roches et autres débris à plus de 10 km dans les airs ! Ils ont même retrouvé des fragments de roches volcaniques à Chypre, et une épaisse couche de cendre figée dans la glace au Groenland. Inévitablement, lorsqu’à lieu une activitée volcanique dans la mer, cette explosion a aussi engendré un tsunami qui devait être d’au moins 17 étages de haut. C’est quand même impressionnant… et épeurant, car les experts pensent que le volcan devrait se réveiller d’ici une ou quelques dizaines d’années. Je tiens également à mentionner qu’il y a une petite île non loin qui est présentement à vendre pour la modique somme de 2 million d’Euros, juste ça…

On est ensuite revenues sur le bateau, retournées au port, on a repris l’autobus vers notre hôtel, juste avant de reprendre un autre autobus vers Fira, la capitale. J’avais réservé à l’hôtel Manias Fira Residences pour notre dernière nuit sur l’île et je n’ai pas été déçue non plus. L’architecture était vraiment typique, c’était vraiment très beau !

Fira est aussi un bel endroit pour admirer le coucher de soleil. Je pense par exemple qu’Oia a une position encore plus stratégique pour cela, mais tout de même !

Jour 5

Afin de pouvoir profiter un peu plus de la ville, on a décidé de booker notre billet pour le ferry vers l’île de Naxos un peu plus tard dans l’après-midi. On est donc parties explorer davantage Fira, qui est une ville beaucoup touristique (c’est là que s’arrêtent les bateaux de croisière).

On a descendu le même chemin qu’empruntent les ânes pour monter les touristes du bas de la falaise jusqu’en haut. C’était assez à-pic merci et il faisait très chaud, donc je ne suis pas certaine que ce sont les meilleures conditions pour monter sur le dos d’un âne, mais bon… Ce n’était pas la meilleure route pour les humains non plus, car elle était jonchée de caca d’âne un peu partout et c’était assez glissant !

Les ânes étaient parés de leur plus bel atour, ils étaient très beau à voir par exemple ! Nous en avons également vu un se faire couper la frange par son maître (un vieux monsieur grec typique avec son chapeau et son caractère).

Pour remonter, on a pris le téléphérique, beaucoup plus facile et plus rapide : )

On s’est encore promenées un peu dans les ruelles et on est même tombées sur un groupe de rue qui jouait de la musique traditionnelle. C’était très entraînant et le chanteur chantait super bien, j’ai beaucoup aimé !

IMG_20160618_091148.jpg

Ce fut finalement le temps de partir prendre notre ferry en direction de Naxos. Mon verdict? Santorin est une très belle île avec beaucoup de secrets à révéler et j’aurais aimé avoir plus de temps pour en profiter et en découvrir toutes les facettes. C’est aussi une assez grande île donc c’était assez rushant d’essayer de tout faire en seulement 4 nuits. Par contre je suis contente de l’avoir visiter en Juin, car clairement on sent que leur principale source de revenus est le tourisme. C’est un peu dommage, car ça gâche un peu le sentiment d’autenticité. Bref, c’est une destination que je recommenderais à n’importe qui, surtout les amoureux des chats, car il y en a absolument à tous les coins de rue ! ; )

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je rêve aussi d’aller en Grèce depuis des années, ton article et tes photos me donnent encore plus envie ahah ! 🙂

    J'aime

    1. caroline dit :

      Ohh je te souhaite d’y aller un jour, c’est vraiment aussi magnifique qu’on pense ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s