1 jour à Nafplio et Mykines

Kaliméra !

Nafplio (ou Nauplie en français) est notre dernier arrêt avant d’arriver dans la métropole de la Grèce. C’est fou comme le temps passe vite ! Nous n’avions pas beaucoup de temps à passer dans cette ville de la Péloponnèse, comme c’était plutôt un  arrêt séparant Patras (destination du ferry en partance de Sami) et Athènes. En même temps, nous avons pu en profiter pour visiter quelques monuments et ruines de la région.  Ma mère et moi avons séjourné au Anemos Luxury Appartments pour une nuit seulement donc, mais je serais certainement restée plus longtemps… Disons que le mot luxury est bien choisi pour cet hôtel très confortable, super propre, avec un service exceptionnel et un déjeuner fait-maison absolument délicieux !

Jour 1

Avec son kastro qui domine la ville, Nafplio vaut vraiment la peine qu’on s’y arrête. Nous avons serpenté un peu dans les rues bordées d’orangers et j’ai tout de suite sentie l’atmosphère un peu plus relax qu’ont toutes les villes au bord de l’eau. Un chien fou qui s’amuse sur un rond-point, un petit train qui sillonnent les rues, une pâtisserie ultra moderne gigantesque… définitivement, il y avait de la vie !

Tout le contraire du Château Palamidi, où nous avons rencontré que peu de visiteurs. J’avoue que le site est assez immense avec ses 8 bastions, donc c’est assez facile de s’y perdre. D’ailleurs, je ne pense pas que nous ayons eu le temps de faire le tour de tout le site ! Le château a d’abord été construit par les Vénitiens, pour ensuite être conquis par les Ottomans et les Turcs, pour finalement être pris par les Grecs.  Il est possible d’y accéder en empruntant les quelques 900 marches menant à l’entrée du château, mais nous avons triché et nous avons plutôt monté en voiture ! ; ) La vue sur la ville en contre-bas, ainsi que  sur le golfe Argolique est absolument magnifique !

J’ai donc errer un peu dans les différents bastions et pu observer plusieurs murs de pierres munis de meurtrières. J’ai également visité une chapelle et diverses cellules, dont celles des condamnés à mort. Il était même possible de se faufiler en s’accroupissant dans une toute petite cellule qui devait vraisemblablement garder les prisonniers dans le noir la plus grande majorité de la journée. Il est certain que les chances de s’évader de là devaient être complètement nulles !

Ensuite, direction Mykines (ou Mycènes, ou Mycenae, il y a tellement de manières de l’écrire que ça en devient mélangeant !). Ce site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et ce n’est pas pour rien, vu son histoire débordante. En effet, cette cité antique remonterait à aussi loin que le 20e siècle avant Jésus-Christ ! C’est vraiment impressionnant et un peu grisant de penser que des gens ont vécu à cet endroit, alors que le Nouveau-Monde a seulement été découvert que 30 siècles plus tard ! Incroyable aussi de constater que les recherches ont réussi à révéler autant de ruines et d’objets en tout genre, même tout ce temps après !

Nous avons donc monté la colline (nous allons vraiment avoir de bons mollets après avoir monté toutes ces côtes ! : P) en lisant les divers panneaux explicatifs. Car cela reste tout de même des amoncellements de pierres, et sans explication sur ce que ce pouvait être avant, c’est un peu moins intéressant. Après avoir passé sous la fameuse porte des Lionnes, nous avons pu constater les fondations d’une civilisation entière. On y retrouvait différents regroupements de bâtiments (celui des artisans par exemple), le palace du roi, des tombes et une citerne d’eau souterraine approvisionnée par un réseau d’aqueduc assez élaboré pour l’époque.

Nous avions encore une fois une vue assez époustouflante des paysages environnants.

Ma partie préférée de la journée par contre fut très certainement la visite du musée, qui contenait une quantité astronomique d’objets en terre cuite, de figurines, de bijoux, d’armes, etc., tous très bien conservés. C’était vraiment impressionnant de regarder les petits écriteaux qui indiquait l’âge probable de l’objet exposé. 1700 B.C. ? Fou ! J’ai aussi aimé observer les toutes petites pièces ou les touts petits vases, j’en suis ressortie avec une admiration nouvelle pour les archéologues !

Pas très loin, se trouvait un autre site reconnu par l’UNESCO, le trésor d’Atrée (ou tombe d’Agamemnon). Je dois avouer que je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avant de longer le long couloir bordé de pierres gigantesques et d’entrer dans le dôme de forme conique. On se sent vraiment tout petit lorsqu’on regarde au plafond (qui doit bien mesurer une dizaine de mètre) et qu’on essai d’imaginer la vie des Mycéniens qui ont construit cette imposante construction seulement dans un but funéraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s