6 jours à Londres

le

Hello !

Petit changement de pays, après 3 semaines en Grèce, disons que le contraste de température (35-40 degrés Celcius vs. 15-20 degrés Celcius, ça fait un méchant changement !) et de culture (les grecs plutôt relax vs. les Londoniens qui s’en vont travailler en suits et robes super chicest assez frappant ! Néanmoins, je suis vraiment excitée de découvrir cette ville dont j’ai tant entendu parler. J’ai aussi des émotions contradictoires, comme je suis triste de passer la dernière journée du voyage avec ma maman, mais j’ai aussi vraiment hâte de commencer mon aventure toute seule. Pour notre dernière nuit ensemble, nous avons réservé au iBis London Blackfriars. J’ai bien aimé leur service, leur commodités et leur nourriture. Le petit snack de fin de soirée, ainsi que le déjeuner de type all-you-can-eat était absolument délicieux ! Nous avons même eu la chance d’être leur « client chanceux » du jour, ce qui nous donnait droit à un coupon échangeable contre une boisson au bar. C’était définitivement le meilleur cidre que j’ai jamais bu, mmm !

Jour 1

Comme ma mère repartait vers Montréal le soir-même, nous souhaitions voir au moins trois des symboles de Londres en une journée, soit le Big Ben (plus le Palais de Westminster), le London Eye, sans oublier la Tamise qui coupe la ville en deux. Nous avons donc emprunté le métro, direction Westminster Station. Et juste en ressortant à la surface, BAM ! Le Big Ben se trouvait directement devant nous. Wow ! Je dois avouer que j’en ai eu le souffle coupé. J’ai déjà vu des centaines de photos de cette tour horloge, mais l’impression que j’en ai eu en personne est de beaucoup supérieure.

DSC04221.JPG

Difficile de prendre des photos par contre, vu la horde de touristes qui essaient de faire la même chose. Les prises de vue ne sont pas évidente non plus dû à sa hauteur, mais en s’éloignant un peu, soit en traversant le pont de Westminster, on obtient un assez beau cadrage.

Prochaine étape: le tour de grande roue ! Pour l’enfant qui sommeille en moi, c’était l’activité rêvée ! Pourtant je dois avouer que j’ai été un peu déçue. Premièrement l’attente était assez longue (15 minutes pour l’achat de billets et au moins 1 heure pour l’embarquement). Sinon, j’ai bien aimé le tour en tant que tel, avec la cabine toute vitrée avec vue à 360 degrés, c’est vraiment génial de pouvoir regarder dans toutes les directions. J’aurais simplement imaginé que nous avions une meilleure vue sur Londres que cela, mais j’avoue qu’avec ses 135 mètres, ce n’est pas non plus le plus haut point de la ville.

Nous avons ensuite retraversé le pont et marché tranquillement jusqu’au moment fatidique où nous allions devoir nous rendre à l’aéroport de London Heathrow. Nous sommes passées devant Westminster Abbey, St.Margaret’s Church et le Victoria Tower Gardens.

Après un gros câlin d’au revoir à une maman-poule un peu inquiète de laisser son petit poussin voler de ses propres ailes, j’ai repris le train direction inverse pour effectuer le check-in à ma première auberge de jeunesse en sol Européen. Je dois dire que j’ai été plutôt chanceuse, puisque je suis tombée sur un hébergement qui avait pas mal « de l’allure ». J’ai adoré le Wombat City Hostel. Il est un peu plus cher que certaines autres auberges de jeunesse que l’on pourrait retrouver sur hostelworld par exemple, mais le petit plus en vaut la chandelle. Super espaces communs (bar, terrasse, lobby), cuisine bien équipée (quoi que peu de place dans les frigos), beaucoup d’espace dans la chambre (dortoir seulement pour filles avec 6 lits et toilette privative), casiers, laveuse/sécheuse, etc., etc.

Jour 2

Après m’être faite réveillée à 5h30 du matin par mes joyeuses compagnes de chambre (yay !) et m’être rendormie un peu plus tard, j’ai enfin pu commencer ma première vraie journée d’aspirante Londonienne.

Premier arrêt obligatoire: le Tower Bridge. Vu sa proximité avec mon auberge et le premier lien pour traverser vers South Bank, ce doit bien être le pont que j’ai traversé le plus souvent durant tout mon séjour à Londres. J’ai même eu la chance à quelques reprises de le voir s’élever et s’abaisser pour laisser passer les bateaux. Fait amusant, si la Reine veut passer sous le Tower Bridge, on doit absolument soulever le pont et ce, même si elle navigue sur un tout petit bateau !

Non loin, se trouve la Tower of London, tour qui a autrefois fait office de prison, de trésorerie… et de zoo ! Elle est maintenant ouverte au public et abrite les joyaux de la Couronne.

Ce jour-là j’ai préféré le London Bridge pour traverser de l’autre côté de la Tamise. Fait amusant sur celui-ci: lors d’une crise économique au 19e siècle, la ville de Londres a décidé de se départir de ce pont (qui s’appelait alors le New London Bridge) et l’a donc vendu à un riche monsieur de l’état de l’Arizona aux États-Unis qui n’avait jamais mis les pieds à Londres. Lorsque fut fini la reconstruction sur l’autre continent, l’acheteur s’est rendu compte qu’il avait en fait fait une erreur et n’avait pas acheté l’imposant Tower Bridge comme il le pensait, mais un simple pont en pierre. Il a tellement dû être déçu ! Il est d’ailleurs toujours possible de visiter le New London Bridge dans une petite ville en Arizona.

DSC04886.JPG

Je me suis rendue jusqu’au Borough Market, avec ses effluves alléchantes. Petit marché actif plutôt sur l’heure du lunch et en après-midi, j’ai beaucoup aimé l’ambiance conviviale qui y régnait. Des nouilles asiatiques, aux fameux fish & chips, aux beignes et autres sucreries tous plus tentantes les unes que les autres, il y en a pour tous les goûts.

J’ai aussi fait un tour au musée d’art contemporain Tate Modern. L’entrée pour les salles d’expositions permanentes sont gratuites, alors qu’il faut payer pour visiter les expositions temporaires. C’est assez grand en fait, donc nul besoin de dépenser un sous. C’est certain que l’art contemporain ce n’est pas pour tout le monde. On y retrouve des oeuvres assez… spéciales je dois dire, mais c’est tout de même intéressant d’essayer de comprendre la démarche de l’artiste. Ma pièce préférée fut celle avec des radios empilées les unes sur les autres pour créer une tour. Au bas de la tour on trouvait de vieilles radios datant de plusieurs années, alors qu’au sommet on pouvait apercevoir des mp3 et plus petits appareils. Et de tout ce bel arrangement on pouvait entendre différentes émissions de radio, les paroles et la musique s’entremêlant. Le but de tout cela ? Dénoncer le trop-plein d’information que nous recevons des médias, ainsi que la mauvaise communication.

Pour finir la journée, quoi de mieux que de regarder un match de tennis sur un écran géant à l’extérieur ? Effectivement, mon passage à Londres concordait avec le célèbre tournoi de Wimbledon, se déroulant live à quelques kilomètres de là. Si tout le monde trippe hockey chez nous, je crois que je peux dire sans trop me tromper que le tennis occupe la même place dans le coeur des British.

Jour 3 

Grosse journée de marche en perspective aujourd’hui, je pars à la découverte des quartiers de Whitechapel, d’Old Street et de Shoreditch.

J’ai découvert mon marché préféré de Londres: Old Spitalfields Market. C’est vraiment mignon comme marché, aw ! Des petites boutiques de vêtement un peu vintage, des stands avec divers objets d’artisanat, en plus des camions et stands de nourriture, j’ai adoré ! J’avais envie de tout acheter !

Si je pouvais faire une comparaison, Shoreditch, c’est un peu le Mile-End de Montréal. Un coin un peu hipster, avec ses cafés et ses artistes. C’est aussi un quartier assez vibrant côté nighlife. Ce n’a pas toujours été le cas, apparemment qu’il y a quelques années ce n’était pas un quartier très recommandé. J’en ai eu un bref aperçu dans un parc lorsque j’ai aperçu une femme qui avait l’air droguée crier sans raison. En même temps, je suis habituée de croiser des gens un peu bizarres au centre-ville de Montréal, alors ça ne m’a pas vraiment surprise. Ce que j’ai adoré de ce quartier par exemple, c’est qu’on peut se heurter à des dizaines et des dizaines d’exemple de street art, tous plus beaux et originaux les uns que les autres. Fou !

Après une marche sur une route principale pas très intéressante je suis finalement tombée par hasard sur mon petit coin de paradis. Ceux qui me connaissent savent que j’adore tout ce qui est coloré, que ce soit simplement la façade d’une maison peinturée, des pots remplis de fleurs multicolores aux fenêtres, ou comme à cet endroit, des portes de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Bon, j’avoue que j’ai dû avoir l’air vraiment creepy de prendre des photos des devantures de maisons, mais pour ma défense je trouvais cela trop cute et on était en après-midi, donc tout le monde est au boulot, non ? ; )

Je ne pensais pas « topper » ça, mais pas très loin de ce pâté de maison, j’ai trouvé un endroit encore plus cute ! Tout le long du Regent’s canal, il doit y avoir des centaines de petits bateaux, tous super bien décorés.Après explication d’un garçon arrêtant les passants pour demander des dons pour une oeuvre de charité (c’est quand même ironique de penser qu’à Montréal, je fuis ces personnes dès que je les vois ! : P ), j’appris que ce sont en fait d’anciens bateaux qui transportaient le charbon sur la rivière, qui, après déclin de ce marché ont simplement été transformés en appartement. Donc il y a vraiment des gens qui vivent là-dedans ! Pour moi et mon copain, adepte de la tendance des mini-maisons, ce serait le rêve !

Et encore d’autres photos ! : )

Pour finir cette fabuleuse journée, quoi de mieux qu’une soirée d’humour gratuite dans un comedy club accompagné d’une bonne pinte de cidre ? (attends un peu que j’y pense… non, il n’y a vraiment rien qui peut battre ça : P )

Jour 4

Habituellement j’aurais fait un tour de ville un peu avant la 4e journée de mon séjour dans une nouvelle ville, mais je pense que j’avais beaucoup trop hâte de découvrir Londres à mon rythme avant tout. Alors c’est aujourd’hui que ça se passe ! En plus que ce soit un tour guidé à pied d’environ 3 heures, avec un pick-up directement devant l’hostel, c’est gratuit ! En fait, le principe avec Strawberry Tours, c’est que c’est le client qui décide combien d’argent il débourse. Donc le salaire du guide peut aller de 5 £ à 10 £ ou 20 £, selon sa performance. Je trouve que c’est une excellente idée de fonctionnement. Bref, j’étais vraiment contente car je suis tombée sur un guide vraiment cultivé. J’ai appris une tonne d’informations suuuper intéressantes !

Notre premier arrêt a été la tour de Londres, où le guide a raconté en gros l’histoire de Londres et sa conquête par Guillaume le Conquérant. Il nous a expliqué la distinction entre City of London et Greater London. C’est comme s’il y avait en fait 2 villes en une. Le titre du dirigeant de la première est Lord Mayor of London tandis que la seconde a simplement un maire. Ce dernier s’habille en complet, alors que l’autre a un habillement traditionnel avec un chapeau. L’administration des deux entités est aussi complètement différente. Lorsqu’on marche dans les rues de la ville par contre, on ne peut pratiquement pas savoir dans quel « Londres » on se trouve. Sauf en observant autour de soi attentivement. Effectivement, lorsqu’on entre dans City of London, il y a des sculptures de dragons qui marquent la séparation. Certaines sont très difficiles à apercevoir si on ne sait pas où regarder, alors que celle sur la rue Strand est impossible à manquer par sa haute stature.

Deuxième arrêt: the Monument. Cette tour dont il est possible de monter les marches pour monter au sommet a été érigée en mémoire du grand feu de 1666 qui a détruit une grande partie de la ville. Ce fut un temps le plus haut point de Londres, mais avec la construction de tous les gratte-ciel modernes tout autour, on n’y voit plus grand chose. Selon le guide, la tour fait face à l’endroit exact où se trouvait auparavant la boulangerie d’où le brasier a commencé.

Passage ensuite devant St. Paul’s Cathedral. Absolument magnifique ! L’architecte  Christopher Wren, qui a été mandaté pour reconstruire plusieurs édifices importants de la ville après l’incendie, aurait, selon les rumeurs, dessiné une esquisse de la cathédrale directement sur sa fenêtre d’appartement, qui donnait sur la colline où se trouve actuellement l’édifice religieux.

Un peu plus profond dans le centre-ville, nous nous sommes arrêtés devant la Bank of England, le City Hall et l’ancien bâtiment de la Stock Exchange.

Juste après le plus vieux salon de thé de Londres, l’énorme Palais de Justice. Dans le quartier autour, notre guide insistait pour que notre groupe ne prenne pas trop de places dans la rue, comme c’est le coin des avocats et disons que les avocats n’ont pas de temps à perdre !

Autre info que j’ai apprise durant ce tour, c’est que les principaux pays du Commonwealth possèdent une « maison » et non une Ambassade ou un Consulat pour ses ressortissants à Londres. C’est le cas de l’Australie, qui possède son Australia’s House. C’est un beau bâtiment de l’extérieur, mais son intérêt principal est plutôt pour les fans d’Harry Potter (dont je fais partie !), comme c’est à cet endroit qu’à été tourné les scènes qui se passent dans la Banque de Gringott. Je capotais de voir la ressemblance, hiii ! Simplement mentionner aussi que seuls les Australiens peuvent entrer à l’intérieur, donc impossible, même pour nous Canadiens d’y entrer, snif.

Après cette grosse avant-midi, je dois avouer que j’étais pas mal fatiguée, alors je suis retournée à l’auberge faire une sieste. Ma journée n’était pas encore terminée, puisque j’ai réservé une place debout à 5 £ pour assister à la pièce The Taming of the Shrew de Shakespeare. Celle-ci avait lieu au Globe Theater, soit au même endroit (quoique le théâtre ait été démoli et reconstruit au même endroit) où les pièces originales de Shakespeare étaient jouées. Incroyable !

J’ai adoré mon expérience, même si je dois avouer que je n’ai pas compris grand chose à la pièce, comme c’était raconté dans un vieux anglais. Tout de même, il était facile de comprendre l’histoire puisque le jeu des personnages était très expressif et démonstratif. C’était vraiment drôle de voir les comédiens interagir avec le public directement. C’était très intime, ce qui faisait que l’ambiance était vraiment plaisante. Il y avait également de la musique super entraînante tout le long du spectacle. Dommage qu’on ne pouvait pas prendre de photos ou de vidéos pendant la représentation, j’aurais beaucoup aimé gardé un souvenir plus vif de cette soirée.

London, you’re beautiful at night.

Jour 5

Autre journée à me promener sans itinéraire précis. Je voulais simplement retourner marcher dans Shoreditch, vu que j’avais vraiment aimé ce quartier. Je suis tombée sur d’autres belles oeuvres d’art de rue.

En même temps j’ai découvert aussi le quartier de Bethnal Garden, ainsi que Brick Lane.

En fait, mon but était de flâner au Brick Lane market, mais une fois sur place, je me suis rendu compte que c’était seulement ouvert le dimanche, et je n’allais pas être à Londres ce dimanche-là alors je dû faire une croix dessus. Je me suis donc retrouvée une fois de plus au Old Spitafields Market et quelle ne fut pas ma surprise de constater que le marché cute de vêtements s’était plutôt transformé en marché d’antiquité ! Quelques stands de jolies robes restaient, ainsi que les stands de bouffe, mais sinon la grande place était remplie de tables couvertes d’argenterie, de céramique et d’autres objets hétéroclites.

Je suis ensuite retournée au centre-ville, soit dans le quartier des affaires Bank. J’ai pu observer à ma guises les gens qui retournaient travailler après leur pause du midi. C’est fou comme les Londoniens ont le sens du style, wow ! Moins lorsqu’ils fument par exemple je dois dire (j’ai eu mal à la gorge à la fin de la journée juste parce que j’ai trop respiré de fumée secondaire !). En regardant sur Google Maps après m’être un peu perdue, je me suis rendue compte que j’étais juste à côté d’un marché, le Leadenhall Market. Yay ! Je suis donc allée y faire un tour, mais j’ai un peu moins aimé. C’était beaucoup plus impersonnel et je sentais un peu plus snob.

Finalement pour finir la journée en beauté, j’ai eu la chance d’avoir un spot pour visiter le Sky Garden, l’espace public situé au 35e étage du 20 Fenchurch Street (ou plutôt du Walkie-Talkie, surnommé comme cela à cause de la forme du bâtiment qui fait vraiment penser… à un walkie-talkie !). De là-haut, on avait une vue imprenable sur les autres bâtiments aussi reconnaissables à cause de leurs drôles de forme, soit le Gherkin (le cornichon), le cheesegrater (la râpe à fromage) et en primeur, il y aura aussi bientôt le scalpel !

Je n’ai pas été très chanceuse pour mon heure de visite, puisque je suis arrivée en haut vers les 16h45 et 15 minutes plus tard ils ont fermé la partie terrasse, puisqu’un évènement privé (pas si privé, vu que par la loi, chaque bâtiment compris dans City of London doit comprendre un espace public, et pour ce bâtiment-ci, c’est le Sky Garden donc ils n’ont pas le choix que l’accès reste accessible à tout le monde). J’étais vraiment déçue, car c’est vraiment de cet endroit qu’on avait la meilleure vue et la possibilité de prendre les meilleures photos.

Normalement il n’est possible de rester qu’une 1 heure sur l’étage, mais à cause de l’événement, je crois que nous avons eu un passe-droit et j’ai donc pu admirer la vue à 360 degrés de Londres pendant une demi-heure de plus. C’était époustouflant ! Vraiment plus worth it que le tour de London Eye !

J’en ai donc profiter pour prendre des photos de tout bord et tout côté ! Et quelques selfies bien sûr ; ).

Ne pas avoir voyagé sur un budget, c’est certain que j’aurais popper le champagne ou réserver une table au restaurant de la place !

Jour 6

Cette semaine, c’est le BST Hyde Park Music Festival. Et chanceuse comme je suis, ça adonne que Mumford and Sons, un de mes groupes de musique préféré est le headline d’un des spectacle présenté. Ahhh ! Encore une fois, si seulement le taux de conversion livres sterling vs. dollars Canadiens ne faisait pas si mal, c’est certain que j’aurais acheté un billet sur la terrasse VIP, mais bon la vie étant ce qu’elle est, je me suis plutôt assise dans le gazon à l’extérieur des barrières. On pouvait tout de même entendre très bien les chansons de Babel et Sign no more. J’ai tripé !

Encore plus quand à un moment donné ils ont monté dans les airs une nacelle (un peu comme le concept de dinner in the sky) avec une vingtaine de fans qui devaient avoir une fantastique vue sur la scène ! Malade !

Ah j’oubliais, juste avant cela, je suis quand même aller faire un peu de shopping sur Oxford Street. C’est vraiment THE place pour faire du shopping, tous les magasins ont pignon sur cette rue, du Forever 21, au Primark (c’est tellement pas cher, oh my god !) qu’au complexe où on retrouve toutes les marques style Louis Vuitton, Chanel, Prada etc. (d’ailleurs, je crois même avoir aperçu P.Diddy accompagné de ses gardes du corps !).

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s