2 jours à Kastraki (Meteora)

Kaliméra !

Après un bref arrêt à Athènes, nous avons loué une petite Citroën pour la prochaine semaine, en vue des nombreux kilomètres à parcourir. La route jusqu’à Kastraki, en faisant un détour par Delphi, aura duré un peu plus de 7h00 (!). Nous étions tellement épuisées le premier soir que nous avons mangé et nous nous sommes mises au lit tout de suite ! Nous n’avons donc pas tout de suite profiter de notre hébergement, la guesthouse Thalia Rooms, mais on a tout de suite constaté qu’elle était déja mieux équipée que la majorité des autres hôtels. Ce fut un vrai bonheur aussi de se faire accueillir en français !

Jour 1

Le lever du corps était assez difficile ce matin-là, mais ce n’est pas grave, au moins nous pouvions nous rendre à chaque monastère en voiture, puis simplement monter les marches pour se rendre en haut, donc ce n’était pas trop demandant. Il y a plusieurs monastères posés sur ces amas rocheux (qu’on appelle les Météores dû à leur forme particulière), mais seulement 6 sont toujours actifs, tandis que les 18 autres ont été abandonnés. Ce qui veut dire qu’il y a toujours des moines et des nonnes qui y vivent et qui y prient. Attention de s’informer d’avance pour les visites par exemple, car chaque monastère a des heures de fermeture différentes et ils ferment chacun une journée par semaine (selon l’horaire d’été).

Chaque monastère est vraiment différent l’un de l’autre, mais ils comportent tout de même presque tous les mêmes particularité. On y retrouve évidemment une Église (certains en ont 2) pour les prières où il est interdit de prendre des photos dû aux nombreuses peintures représentant des scènes de la bible qui ornent les murs et le plafond et qui se dégraderaient plus rapidement autrement. C’est vraiment magnifique à l’intérieur, il ne faudrait vraiment pas que cette richesse disparaisse !

À l’intérieur des plus gros monastères, il est possible de visiter des musées entreposants des objets religieux, tels que des manuscrits dont l’écriture remonte à aussi loin que le 9e siècle !

Il y a également les quartiers privés des moines et des nonnes, mais bien sûr, c’est une section interdite au public. On retrouve aussi toujours un petit magasin pour acheter des souvenirs.

Le premier que nous avons visiter,  St. Nikolaos Anapafsas, est un des plus petit, mais un des plus intime. Juste avant de monter, il est indiqué que nous devons être vêtu modestement pour respecter l’aspect sacré des lieux. Étant en short et en manche courte, je pensais me faire refuser l’entrée, mais je crois que les moines sont habitués de recevoir des visiteurs, surtout à des températures avoisinant les 40°C, ils ont donc prévu le coup ! Passé la billetterie (le billet coûte seulement 3 Euros), des jupes et des pantalons de tissus sont mis à disposition des gens pour se couvrir les jambes et les épaules.

Les marches que nous avons empruntées ont été rajoutées un peu plus tard, car au 14e siècle les moines utilisaient plutôt des cordes et des échelles en bois escamotables pour se déplacer. Il y a également un ascenseur avec système de poulie, qui a aussi été rajouté plus récemment.

La vue d’en haut est tout simplement époustouflante ! Nous avons une vue à 360° sur la campagne, Kastraki, ainsi que les autres Météores. Wow !

IMG_20160701_170532.jpg

Le 2e visité était beaucoup plus touristique, tout de suite visible grâce à la longue ligne d’autobus stationnés en bordure de la route. Le nom du monastère est Varlaam. On y accède encore une fois en montant des marches creusées dans la pierre. C’est assez comique de voir les groupes organisés (généralement des personnes un peu plus âgées) arriver à la billeterie tout essouflés !

La vue du belvédère était encore une fois à couper le souffle !

IMG_20160701_171430.jpg

Je n’ai pas pris beaucoup de photos à l’intérieur de celui-là, car il y avait une guide avec son groupe en même temps que nous dans la chapelle et comme l’espace était assez exiguë, on voulait sortir au plus vite !

Le prochain, Grand Meteoro (ou Meteoron), est encore plus gros et plus touristique. C’est le premier a avoir été construit, aux alentours du 14e siècle. Le moine qui a fondé la communauté recherchait un endroit de calme et de sérénité, loin des persécutions et des guerres de l’époque. On peut dire qu’il a vraiment trouvé l’endroit parfait !

Durant notre visite, nous avons passé devant une salle avec des crânes recouvrant des rangées d’étagères. Ce serait en fait les crânes des moines qui auraient vécus à Grand Meteoro dans le passé. Creepy !

On retrouvait aussi la vieille cuisine utilisées par les moines auparavant pour se préparer à manger. Elle contient énormément d’éléments de cuisine, ustencils et autres chaudrons en terre cuite. Nous avons également visité l’atelier de maçonnerie et le cellier (avec un énorme tonneau !).

Je dois aussi mentionner les jardins ornés de fleurs colorées, c’était de toute beauté !

Ce que j’ai trouvé dommage avec ce monastère, c’est son côté beaucoup plus touristique. L’endroit a perdu un peu de son authenticité je trouve. Par exemple, j’étais en train d’observer des peintures sur le mur d’une des deux chapelles, et je me suis rendue compte que certains visages d’apôtres n’étaient pas encore dessinés, comme si l’oeuvre était en pleine réalisation. Les couleurs vives des peintures nous indiquent aussi facilement que ce sont sont des reproductions récentes. C’est un peu décevant, mais j’imagine que c’est nécessaire pour rendre l’endroit encore plus beau et attirant pour les visiteurs.

Notre prochain arrêt est le monastère d’Holy Trinity. Lorsqu’on l’observe de loin, il semble vraiment perdu dans les nuages et inaccessible. Pourtant, on peut emprunter un chemin qui serpente nous mènant par la suite aux marches qui sont carrément creusées dans le roc. J’imagine que ce chemin décourage les gens, car lors de notre visite, nous n’avons croisé pratiquement personne, sauf un moine et un jardinier. J’ai beaucoup aimé. : P

Ce monastère n’est pas très grand et assez simple.

Ce qui en vaut vraiment la peine par contre, c’est la vue que nous avons d’en haut et la possibilité de vraiment marcher sur la montagne. Malade !

Nous avions une place de choix afin de contempler la ville de Kalambaka, non loin de Kastraki.

Après avoir déguster notre loukoumi (bonbon d’origine turque) offert généreusement à la sortie, nous sommes redescendues (et ensuite remontées, car les chemins s’apparentent vraiment à des montagnes russes dans le coin !) et sommes restées tranquilles pour le reste de la soirée.

Jour 2

Le 5e monastère que nous avons visité est celui de St. Barbara (ou Roussanou). Barbara est une jeune femme qui a vécue dans une ancienne ville du Liban (maintenant en Syrie) il y a plusieurs centaines d’années et qui a croyait en Dieu très fort. Elle a donc choisi de se faire baptiser en cachette. Son père, étant en désaccord avec son choix, a essayé de la faire changer d’avis d’abord en lui faisant du chantage, puis avec la torture. Cela n’a évidemment pas fonctionné. On ne sait pas si c’est le karma, ou plutôt la volonté de Dieu, mais quelques jours plus tard son père s’est fait foudroyé par la foudre. C’est pourquoi les nonnes de ce monastère ont décidé d’honnorer la martyre Barbara et de la célébrer chaque 4 Décembre. Il y a présentement 22 nonnes qui vivent là-bas et occupent leur temps en confectionnant des chandelles, du savon et des objets d’art. C’était spécial de voir le contraste avec un monastère consacrés aux hommes et aux femmes seulement. Nous avons constater que les nonnes étaient beaucoup plus sévères au niveau de l’habillement (mais leurs jupes et pantalons étaient beaucoup plus cute ; ) !

Notre visite a été de courte durée vue la grandeur des lieux, mais nous avons pris de belles photos de la vue sur les autres Météores et sur leur beau jardin.

Le dernier sur la liste s’appelle St. Stephens (ou Agios Stefanos) et est aussi dirigé par des nonnes. Ce monastère étant plus touristique, nous avons croisé des autobus remplies de chinois, de japonais et d’italiens. C’était néanmoins un bel endroit.

Au final, je suis très contente d’avoir choisi de visiter ce site reconnu au patrimoine mondial par l’UNESCO. La route fut assez longue, mais les kilomètres parcourus en vallèrent la peine ! Il aurait été préférable par contre d’avoir une journée de plus à notre itinéraire, afin de visiter les monastères plus tranquillement et également afin d’avoir le temps de partir en randonnée dans les petits sentiers qu’on retrouve un peu partout aux alentours, mais d’un autre côté la chaleur est tellement accablante, et notre prochaine destination inclue une visite à la plage, so… ; )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s